jeudi 19 avril 2018

Le prix de l'export.

"Whah wuld yu du feur leuv ?", "keuwkeuw Mameuzelw, leu niouvel eu de peurfain unetonsse !", "Leuck niouvelle Eu de pieurfain !", "Si a la felicita, si a l'emizione!". C'est désormais chose courante, les publicités pour les parfums s'internationalisent à grand coup de français prononcé à l'anglaise ou avec un slogan en langue étrangère. Le parfum est à la France ce que l'automobile est à l'Allemagne, un produit image, qui génère de la valeur, et contribue au rayonnement de notre pays.

Ca marche, et pour une fois, je ne dirais pas que le marketing est inutile ou superflu dans cette démarche, car s'adresser à des peuples ou des cultures différentes des notre exige d'en déchiffrer les codes et de s'adapter pour y exercer son activité. La culture parfum n'est pas la même en Europe, au Etats Unis, au Moyen Orient et en Asie. Ainsi, les marques multiplient les offres, que le consommateur français ne comprend parfois pas du tout, mais le parfums s'exporte et se répand. 

Pourtant, faire connaitre à petits pas ses références, comme le fait l'Artisan Parfumeur en jouant sur des codes plus légers les trames de Mûre et Musc dans Champs de Baies, et de La Chasse aux Papillons dans Champs de Fleurs pour s'adresser à l'Asie, amener les japonais ou les coréens, peu enclins aux parfums puissants par méfiance ou gêne aux autres parfums d'une collection est finalement, quand on y réfléchit bien, assez habile et légitime. Je retiendrais un autre exemple : les parfums Louis Vuitton ne font visiblement pas l'unanimité chez les amateurs de parfums, pourtant, ils rencontrent un succès conforme à ce que véhicule la marque et font connaitre la culture du parfum français à l'étranger, à leur manière. Comment ne pas se réjouir par exemple de voir la jolie mandarine douce et fruitée de Le Jour se Lève s'adresser au pays du soleil levant sur un lit de basilic frais ? 
C'est un peu pareil pour la maison Dior : les parfums sont "parkerisés", un peu fades pour certains, mais le rayonnement international de la marque ne peut se permettre de folies créatives que son public ne comprendrait pas, et les connaisseurs ont depuis longtemps largué la marque. 

Voilà, sur un secteur phare de notre économie, là où l'on trouve tout de même, quand on y regarde bien, de jolies choses, il serait peut-être bien, pour que continue de vivre le parfum, d'accepter un peu ce prix de l'export ? And you, what would you do for love ? 

Illusttrations : L'Artisan Parfumeur, Parfums Louis Vuitton

mardi 27 mars 2018

Eau Lente - Diptyque 1986 : éloge de la lenteur.

Dans l'histoire de la parfumerie, il y a les blockbusters qui cartonnent à coups de pub, font la une pendant deux ans, et vivent à coups de dérivés, puis il y a ceux qui vivent, qui résistent au temps et s'installent comme des références par leur style, leur qualité. Né au milieu des années 80 où les tubéreuses criantes et les strass étaient à la mode, lentement, à contre-courant, Eau Lente s'est construit un chemin. 

Lentement, Eau Lente traverse le temps. En prenant de jolies rides au passage il faut bien le reconnaître, elle tient largement tête à quelques "nouveautés" du moment, qui tendent à reprendre des codes anciens pour se démarquer, mais dont la pertinence prête à la réflexion sur ce que l'on achète réellement : un concept ou un parfum ?  

Lentement, Eau Lente traverse les genres. Sa double facette qui oscille entre "fougère" et "ambre" en fait un parfum parfaitement unisexe je trouve. On y sent quelques similitudes avec English Fern par exemple, et bien sûr, une filiation directe avec un Shalimar vintage ou l'Eau d'Ambre Extrême. 
Lentement, Eau Lente traverse les codes. Sur un homme, ses notes de lavande, de géranium, de coumarine et de santal ne choqueront pas les habitués des parfums masculins. J'imagine qu'un petit soupçon de sauge vient même accentuer le propos. Sa trame ambrée assez classique se retrouve plutôt dans des féminins. Elle s'appuie sur l'opopanax, une résine et légèrement fumée, la vanille et le tolu. Toutes trois ont en commun la douceur.  
Sur peau, le parfum se fait rosé, propre, et évolue sur des notes douces, baumées et cuirées. Quelques épices se font entendre, comme la muscade et la cannelle. Il s'harmonise très bien avec le cuir. 

Eau Lente, c'est un des parfums emblématiques de Diptyque, une référence, qui fait éloge à la lenteur, au calme, au temps de prendre le temps.  

Illustrations : Horloge de Julio Le Parc 1980, Diptyque 1986. 


mercredi 21 mars 2018

Gentleman Eau de Parfum - Givenchy 2018 : joli môme.

Un peu plus de dix ans après Dior Homme, qui portait l'iris en son centre, et sans compter l'interprétation actuelle très "limite" du Iris Gris de la marque Jacques Fath, nous assistons aujourd'hui à une nouvelle vision de la note. Il faut croire que les marques et les formules se parlent au sein du groupe Lvmh, car il me semble reconnaître en ce Gentleman eau de parfum l'approche amorcée par Thierry Wasser chez Guerlain avec Ambre Eternel il y a deux ans autour de l'iris et de l'ambre. 


Accord iris très travaillé qui s'associe de manière assez naturelle au gris d'un beau poivre. Dense et intense, le coeur boisé s'habille de patchouli, mais tout en fondu dans l'ensemble. Ce qui reste se love ensuite dans un accord porté par les nouvelles notes ambrées (ambrox, ambroxan), de la vanille, du cuir et le baume de tolu, très suave et résineux. 
Par rapport à Ambre Eternel, que j'aimais déjà beaucoup, je le trouve plus sombre, plus sourd, plus cuir et légèrement plus camphré. Puis, voir un nouvel accord d'iris gris me réjouit. 


Il faudra cependant avoir la main légère si vous aimez ce joli môme, car il est assez intense, mais franchement, cette eau de parfum réussit là ce que l'eau de toilette n'a pas su faire : apporter du nouveau, enfin ! 

Illsutrations : Anne Geddes, Black Iris par Georgie O'Keefe, Givenchy.  


dimanche 18 mars 2018

Citron Noir - Hermes 2018 : d'un bleu sauvage ?

Parler de citron noir, c'est associer la fraîcheur piquante d'un citron bien de chez nous à des notes fumées que l'on trouve en Asie dans le thé Lapsang Souchong, mais aussi dans ces citrons noirs, que l'on boue et fait sécher pour les utiliser en cuisine. L'idée est belle, le mariage intéressant ... dans l'idée. Mais j'aime, j'aime pas, c'est parfois le sentiment que l'on éprouve en testant un parfum. Dans L'Eau de Citron Noir, j'aime la fraîcheur citronnée, vive, pétillante d'un citron juteux, relevée par des notes fumées et des bois secs. 

J'aime moins, ces bois secs justement, qui durent et collent, et font entrer cette Eau dans le rang de ce qui marche actuellement ; agrumes fusants, coeur boisé aromatique, ici relevé de fumée, et bois secs qui collent et durent, durent, dur-dur. Pourtant, l'ensemble est plutôt bien construit et pas si désagréable au porté, car on a la sensation d'un thé Lapsang Souchong sec et rêche, et que sur ma peau, la fraîcheur des agrumes et la note fumée reste présente, malgré les bois qui pourraient étouffer. Au final, peut-être que je ne m'attendais tout simplement pas à ces notes là sur une Cologne d'un joli Bleu Sauvage😉 chez Hermes. 
Je ne déteste pas et sur moi il n'évolue pas trop mal, mais en revanche, avis 100% "rejet" autour de moi. Verdict : comme pour Sauvage ou Bleu, interdiction de le porter sous peine d'étouffement. Déroutant !  

Illustration : Hermes, Citron noir. 

mardi 13 mars 2018

RAPPEL : un caprice, une envie ? Le bon plan c'est KAPRYS !

Petit rappel déjà effectué ce matin sur Facebook.
 
 
Si une envie de Lutens Palais Royal ou courants, de Tom Ford courants, d'Aqua di Parma, de Chanel et Dior courants, ou même de quelques vieux nanars encore trouvables ici vous prend, passez faire un tour chez Kaprys.

KAPRYS, c'est au 74 Boulevard Beaumarchais 75011 PARIS.
Métros Chemin Vert Ligne 8 ou Breguet Sabin Ligne 5.

Le bon plan, c'est : si vous venez de la part d'Olfactorum, vous bénéficiez de -30% sur tout. Et oui, vous avez bien lu, sur tout.  

Profitez bien !

Illustrations : Kaprys, Serge Lutens.

jeudi 8 mars 2018

Finalement, ca me démange !


Coucou à tous. Comme ça me démange d'écrire, il est possible que je revienne. Oui, je passe par des moments pas simples, mais au final, il y toujours à dire et à écrire sur le parfum. En tant que créateur de parfums (j'aimerais bien que l'on ne me catalogue plus uniquement comme un blogueur), blogueur que je reste et passionné (ça résiste bien ce truc, la passion !!!), je crois qu'il me reste encore des choses à partager, pour ma marque, mes parfums, mais aussi parce qu'il y a malgré tout aussi encore de belles surprises, des tendances, etc...
Des articles sans doute plus courts et plus illustrés, des avis, le regard d'un créateur, bref, on a sans doute encore à partager !



A bientôt alors, ici et en relai sur Facebook.


Illustrations : orgue à parfums (huuummmm), et le pti bonhomme cool de Liliane Guiet que l'on voit sur Facebook.
 

jeudi 1 mars 2018

RAPPEL : Braderie parfums ce samedi.

Un petit mot ici pour vous rappeler que la braderie parfums annoncée a lieu ce samedi 3 Mars de 13h à 18h.
Je précise à celles et ceux qui ont réservé des parfums qu'ils ont bien été mis de coté, et que par conséquent, s'ils ont un empêchement, de me le signaler pour savoir si je remets les parfums en vente ou si je les garde pour samedi ou un autre jour.
 
Pour ceux qui souhaitent venir ou obtenir la toute dernière liste, merci de me contacter pour les modalités sur olfactorum@gmail.com

Bonne fin de semaine à tous et à samedi pour ceux qui viendront.

Illustration : collection Derby de Guerlain (mais là, je garde ce que j'ai !!!)